La thérapie génique nouvel espoir contre le sida ?

VIH

La thérapie génique pourrait demain empêcher l'infection par le VIH de ces cellules cibles. Cette technique s'inspire des contrôleurs d'élite, des personnes séropositives capables de conserver naturellement une bonne immunité. Une voie de recherche i

La thérapie génique pourrait demain empêcher l'infection par le VIH de ces cellules cibles. Cette technique s'inspire des contrôleurs d'élite, des personnes séropositives capables de conserver naturellement une bonne immunité. Une voie de recherche intéressante, dont le coût reste cependant dissuasif… L'apparente guérison d'une patient allemand séropositif après une greffe de moelle osseuse d'un contrôleur d'élite a ouvert la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques. Le congrès 2001 de la CROI (Conference on Retrovirus and Opportunistic Infections) s'est fait l'écho de résultats préliminaires particulièrement intéressants. Un patient séropositif guéri après une greffe de moelle En 2007, un patient allemand de 42 ans séropositif soigné pour une leucémie a bénéficié d'une greffe de moelle osseuse. Au lieu d'une greffe classique, l'équipe de l'hématologue Eckhard Thiel de l'hôpital de la Charité de Berlin a eu l'idée de génie de choisir un donneur particulier pour la greffe de moelle : une personne porteuse d'une mutation génétique, mutation du récepteur CCR-5, présente chez environ 1 % de la population caucasienne et qui semble conférer aux individus qui en sont porteurs une immunité face au VIH (ou du moins une évolution beaucoup plus lente vers le stade Sida). Les médecins espéraient ainsi que cette greffe de moelle osseuse permettrait de guérir la leucémie mais également de faire disparaître l'infection au VIH.
824 fois

sida,