Maladies chroniques : Quelle Médecine pour se soigner...?

Maladies chroniques : Quelle Médecine pour se soigner...?

Dr Seydina Limamoul Mahdi DIAGNE Conseils et astuces

Nos compatriotes ont de plus en plus du mal à s'y retrouver devant le pléthore d'offres de soins en réponse à leurs demandes de plus en plus importantes.

Le capitale "bonne santé " étant ce que nous avons de plus cher , il est tout à fait logique que nous fassions tout ce qui est de notre possible pour le conserver le plus longtemps possible.
C'est ainsi que nous , soignants, recevons tous les jours des demandes allant dans ce sens.

Cependant certains d'entres nous communiquent peu, voire pas du tout, sur la notion de "maladie chronique". Mais certains patients aussi ne croient, ne veulent pas croire, ou refusent de croire ( notion de déni) , en une maladie chronique.

Que faut-il faire alors? Quel est le rôle du soignant ? Quel est le rôle du soigné, du "patient" ou du malade? quel est le rôle des décideurs de la santé publique?

Je me limiterais juste à ouvrir le débat sur celui du soignant et du soigné.

En effet, une maladie chronique est une maladie incurable- c'est à dire que les données actuelles de la science médicale ne permettent pas de guérir ( c'est à dire faire disparaître complètement!). La Médecine doit néanmoins y apporter des soins, car ce n'est pas parce que l'on ne peut pas guérir une maladie que l'on ne la soigne pas. L'objectif d'un soin n'étant pas toujours d'obtenir la guérison, il doit aussi lutter contre le mal, la souffrance, la douleur, l'inconfort...

La maladie chronique connait des périodes de poussées, de décompensation, de déséquilibre. Il peut y avoir des facteurs déclenchant ou favorisant ce déséquilibre. Le soignant en est conscient , mais pas toujours le soigné.

Il est alors fondamental de connaitre la maladie chronique et son évolution , mais aussi de se fixer des objectifs soins. Ces derniers ne se font jamais de façon unilatérale : l'implication du soigné et/ou de ses proches est nécessaire.

Si ce travail de soignant n'est pas fait - ou fait, mais non réussi- alors le malade va chercher ailleurs ce qu'il n'a pas réussi à obtenir : le " bien-être" . Et, dans son "mal-être" il ne va point hésiter à aller voir le "soignant" qui lui dira que ses "soins" vont le "guérir"! C'est alors l'idéal! Et, il ne va point lésiner sur ses moyens financiers ou ceux de ses proches!!!

Ce "soignant" qui dit "guérir" est parfois et souvent un charlatan qui se cache derrière l'étiquette de "médecine traditionnelle" ( en opposition à la médecine moderne étiquetée de médecine étrangère ou de médecine des "toubabs") . En effet, cette Médecine traditionnelle a bon dos car non codifiée, non protégée. Elle n'est autre que la première version de la médecine dite "Moderne" - qui, elle aussi, est née en Afrique ( Hippocrate que l'on nomme parfois "père" de la Médecine Moderne a fait aussi une partie de ses humanités en Egypte pharaonique, de civilisation Nègre). Des siècles se sont écoulés et cette unique Médecine a continué de progresser et progresse encore...

A côté de la Médecine dite "traditionnelle" , de nouvelles médecines alternatives arrivent dans nos pays et ne sont pas du tout encadrées. Ces "médecines" utilisent même des outils de la Médecine dite" Moderne" ( imagerie, biologie, termes médicaux) pour, certainement, avoir une meilleure crédibilité au sein de la population.

C'est dans ce contexte que des individus , douteux - car disant tout soigner- passent dans les média comme invités ou même y avoir une page de publicité. Alors même que pour la Médecine dite "Moderne" la publicité est interdite- ce qui est normale, car Médecine n'est pas un commerce!

C'est ainsi que ces derniers temps, dans nos pays où les personnes - hormis pour les maladies transmissibles - ne sont pas toujours bien protégées sur certains risques sanitaires, l'on commence même à voir de nouvelles organisations mafieuses qui s'emparent de ce filon juteux au détriment du "capitale" santé et économique de nos concitoyens!

Comment, par exemple ,"ndoxum siti" ou "siti" qui autrefois désignait tout simplement l'eczéma atopique, est devenu progressivement un ensemble de pathologies dermatologiques voire au delà?
Est -il logique, compréhensible, qu'une spécialité comme la Dermatologie qui demande au minimum 10ans d'études après le baccalauréat puisse se limiter à soigner 3 ou 4 maladies ( "siti", "kurabët", "jangoroy kajoor" ...)?

Et, pourtant l'exercice illégale de la Médecine, qui a souvent des conséquences désastreuses irréparables , est bien définie par nos textes de lois. Il doit être temps que nos autorités sifflent la fin de la récréation car des vies humaines , voire des drames familiaux, sont en jeu.

De ce fait, nos malades chroniques, qui ne s'y retrouvent plus, errent alors de soignants à "soignants" sans que leurs maux ne cessent ...jusqu'à souvent une fin difficile - vécue parfois, hélas comme un soulagement par les proches.

Qui est alors responsable de cette situation? Les soignants, les soignés, les décideurs de la santé publique?... Et, si chacun essayait tout simplement de faire le minimum de son devoir.
Et, si nous luttions ensemble contre ces charlatans de la Médecine qui profitent de la vulnérabilité des malades "chroniques" pour s'enrichir? L'enjeu économique est énorme!

Nous attendons désespéramment les réactions des décideurs de la santé publique....

En notre niveau essayons davantage de promouvoir l'éducation thérapeutique du patient qui est partie intégrante des soins d'une maladie chronique . Elle n'est pas de "l'éducation pour la santé" , qui s'adresse à toute la population. Elle s'adresse aux malades et à leurs proches sur leurs maladies chroniques. Elle consiste à apporter au malade les connaissances nécessaires au suivi , au traitement, et à l'évolution de la maladie chronique. Le malade éduqué réorganise alors sa vie en tenant compte de cette maladie chronique qui fait désormais partie de son existence.

Notre santé, notre bien être physique et moral, n'a pas de prix n'en faisons pas alors un banal produit de commerce!

Dr Seydina Limamoul Mahdi DIAGNE
Gériatre-Nutritionniste
1204 fois

,