Comment soigne-t-on la Fibromyalgie ?

Comment soigne-t-on la Fibromyalgie ?

Alban Mininno, Etiopathe à Dakar Bien être

Le terme fibromyalgie vient de « fibro », pour fibrose, de « myo » qui signifie muscles et d’« algie » qui veut dire douleur. La fibromyalgie est en effet un syndrome caractérisé par des douleurs diffuses dans tout le corps. Encore mal connue et mal comprise, elle fait partie de ces rares maladies qualifiées d’orphelines par la médecine moderne. Car on ne constate aucune perturbation anatomique ou biologique et reste insensible aux traitements médicaux classiques.

Bien que les douleurs soient réelles et très pénibles, les médecins ne parviennent pas à détecter de lésion ni d’inflammation permettant d’expliquer ces symptômes. Pour cette raison, la fibromyalgie a suscité certaines polémiques dans le milieu scientifique, à tel point que des médecins ne croyaient pas à son existence. C’est pour cela que les personnes qui en souffraient ont longtemps été accusés à tort de malades imaginaires.

Aujourd'hui, il semble que certains facteurs physiologiques (anomalies du système nerveux, perturbations hormonales, etc.) et génétiques soient en cause. Des événements extérieurs (traumatismes, infections...) pourraient aussi être impliqués. Les causes exactes demeurent cependant incertaines.

 

La fibromyalgie n’entraîne toutefois pas de complications graves, mais reste très éprouvante. Elle empêche souvent la personne qui en souffre d’accomplir ses activités quotidiennes ou de fournir un travail à temps plein. Ainsi, les personnes atteintes développent en général des signes comme :

-  Une sensation de douleur générale diffuse ou de brûlure de la tête aux pieds ;

-  Un sentiment de fatigue profonde, sans lésion ;

-  Des douleurs associées à des troubles du sommeil…

 

Les statistiques révèlent que dans les pays industrialisés, la fibromyalgie concernerait 2 à 6 % de la population et représenterait 6 à 14% des consultations de rhumatologies. Elle touche toutes les tranches d’âge mais se porterait couramment sur les individus de 40 à 60 ans, avec une prédominance féminine.

 

Il n’existe pas actuellement, de façon formellement démontrée de traitement efficace, de la fibromyalgie. Il existe cependant des mécanismes et techniques qui aident à mieux gérer la douleur.

 

 

Ce que dit l’Etiopathie :

 

La vision unique de l’étiopathe face à la maladie, lui permet d’être des plus efficaces. En effet, son but est d’annuler les récidives et la chronicité de la maladie, en travaillant sur la cause directement (Etio= cause, pathos= maladie).

Dans l’approche étiopathique de la maladie, il conviendra tout d’abord de déposer une analyse pertinente des phénomènes observés dans la clinique afin de distinguer les causes des symptômes et apprécier les processus physiopathologiques réels de la maladie. De cette manière nous pourrons définir précisément l’entité fibromyalgie et la distinguer des nombreux « diagnostics poubelles » posés par incompréhension du processus pathologique. Les causes identifiées, nous pourrons mettre en évidence les portées thérapeutiques de cette analyse et ainsi proposer un cheminement thérapeutique logique.

 

A cela, faut-il savoir qu’aujourd’hui, 24 % des consultations de rhumatologie débouchent sur un diagnostic de fibromyalgie. Ces chiffres ne cessent d’évoluer cependant. Cela veut dire que cette entité définie par les milieux classiques de manière floue et aléatoire permet à un grand nombre de médecin de qualifier et de nommer ce qu’ils ne comprennent pas, et aux patients de se consoler, faute de traitement, sur le nom de leur maladie.

 

Cependant l’observation et l’expérimentation de certains et surtout du chercheur canadien Moldosky a permis de mettre en évidence l’influence de troubles du sommeil bien particuliers dans l’état pathologique qui caractérise les fibromyalgie. Il est fortement probable que cette perturbation du sommeil empêchant le patient d’accéder aux phases profondes caractérisées par un anabolisme et une reconstruction tissulaire maximale, soit responsable de la pathologie.

 

L’influence du trouble sur l’action de l’hormone de croissance paraît d’ailleurs prépondérant dans la genèse de la maladie. Cette hormone qui est sécrétée essentiellement aux phases 3 et 4 du sommeil joue en effet un rôle fondamental sur l’anabolisme et la réparation tissulaire.

 

Ainsi tenterons-nous de mettre en évidence les causes mécaniques possibles de cette logique en ciblant la colonne cervico-dorsale pour ce qui concerne les troubles cardio-accélérateurs et la fonction respiratoire. Car c’est bien par la normalisation de ces fonctions que nous parviendrons à rétablir un équilibre sympathique optimal à un sommeil réparateur et ainsi la disparition des phénomènes symptomatiques de la fibromyalgie.

 

 

 

Alban Mininno, Etiopathe à Dakar

 

Pour aller plus loin :

Pierluigi Locchi, Comment soigne l’Etiopathie : les traitements de A à Z, Edition Avenir des Sciences

 

http://www.journee-mondiale.com/27/journee-mondiale-de-la-fibromyalgie.htm

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=fibromyalgie_pm

 

255 fois

,