Tabagisme et cancer du sein : le lien se précise…

Tabagisme et cancer du sein : le lien se précise…

sendocteur.com Conseils et astuces

Une nouvelle étude vient confirmer le lien entre le tabagisme et l’augmentation du risque de cancer du sein. Bien qu’elle ne soit pas, de loin, la première à établir cette relation, elle a cependant le mérite de préciser le type de cancer du sein concerné et ce, chez des femmes jeunes.

On l’oublie un peu trop facilement : le cancer n’est pas nécessairement une fatalité. Actuellement, on considère que seulement 5 à 10% des cas de cancers (de même pour le cancer du sein) sont d’origine héréditaire. Et même dans ce cas, une mutation génétique seule ne suffit pas pour développer un cancer… Il faut en effet une intervention extérieure – comme une mauvaise alimentation, la sédentarité ou une exposition à des polluants (et la cigarette figure en-haut de la liste de ceux-ci !) notamment. Ces facteurs externes génèrent des dégâts sur les cellules qui, s’ils ne peuvent être réparés par la cellule-même, vont conduire à des mutations aux gènes et favoriser le développement de cellules cancéreuses. (lire sur http://www.cancer.be/lecancer) L’inverse n’étant pas vrai : il ne faut pas nécessairement une prédisposition génétique pour que des cellules soient altérées et soient à l’origine d’un cancer, est-il besoin de le rappeler…

+50% de risque

Les chercheurs de l’étude en question ont analysé le cas de femmes de 20 à 44 ans qui avaient eu un cancer du sein entre 2004 et 2010 : 778 avaient eu un cancer dit hormonodépendant (le plus fréquent) et 182 un cancer d’un autre type, dit « triple négatif » (plus agressif). Ils ont comparé ces femmes à un groupe de 938 autres qui n’ont jamais eu de cancer.

Selon leurs constatations, les fumeuses courent un risque de cancer du sein augmenté de 30% par rapport aux non-fumeuses. En comparant les fumeuses entre elles, ils ont par ailleurs calculé que les grosses fumeuses (un paquet par jour au moins) avaient un risque de cancer du sein augmenté de 60% par rapport aux femmes qui fumaient moins. La durée était aussi importante : le risque était augmenté de 50% chez celles qui fumaient depuis 15 ans au moins par rapport à celles qui fumaient depuis moins de temps.

Cancers hormonodépendants plus nombreux

Mais ce qui est particulièrement frappant, c’est de voir que ce risque n’existait que pour le cancer hormonodépendant ; par contre, pour le cancer de type « triple négatif », le risque n’était pas augmenté chez les fumeuses. Autre spécificité : l’âge des femmes étudiées, qui étaient particulièrement jeunes…

Une explication pourrait être que certaines des substances inhalées agissent comme des œstrogènes, favorisant de ce fait les cancers du sein hormonodépendants. Car, comme l’explique le KCE (rapport 143B), dans ce type de cancer, « les hormones produites naturellement par la femme nourrissent la tumeur et facilitent sa croissance ». Mais des recherches plus poussées devront encore confirmer ce lien de causalité du tabagisme sur le cancer du sein.

Même si le lien n’est pas encore établi avec certitude, les présomptions donc sont fortes. Nous ne pouvons qu’encourager encore et encore les non-fumeurs (ici les non-fumeuses) à ne pas commencer et les fumeurs (fumeuses) à en finir avec la cigarette.

Pour connaître les moyens d’y parvenir et trouver un tabacologue, la ligne Tabacstop est disponible pour tout un chacun. Elle est accessible tous les jours ouvrables de 15 à 19h au 0800/111 00. Toutes les informations utiles se trouvent sur le site www.tabacstop.be.

Référence : Wiley. « Smoking linked with increased risk of most common type of breast cancer ». Cancer, 2014; DOI: 10.1002/cncr.28601

2351 fois

cancer du sein, tabagisme,